Print

Print


On Fri, 11 Jan 2008 08:28:21 -0500, [log in to unmask] wrote:

>Naturally I'd expect any popular language like Chinese to be of
>interest in education.  What politicians and governments do is
>another story but the articles I was reading were reflective of
>the attitude of Chinese people toward what they consider *their*
>language.  I think a lot of it has to do with associate their
>language with their cultural identity, therefore not wanting to
>spoil it by having outsiders use or misuse it.  The attitudes in
>other cultures is somewhat different.  French seem to take the
>opposite attitude.

Je suis d'accord avec Dana. Les peuples peuvent avoir des visions différentes 
sur la promotion de leur langue envers les allophones. Les Chinois se désignent 
parfois comme l' "Empire du Milieu", l'extérieur étant peuplé de "barbares"... Le 
français jouit d'une longue tradition internationale, et surtout, la Révolution de 
1789 et la III° République ont amené l'opinion que la mission de la France était 
d'apporter de bonnes idées au reste du monde.... (C'est encore perceptible 
dans les discours du Président Sarkozy). La Francophonie "politique" est née 
avec la décolonisation, grâce au Président-poête sénégalais Sédar Senghor et 
au Président tunisien Bourguiba. La particularité de l'extension géographique du 
français est d'être très dispersée (même si à présent l'Afrique fournit plus de la 
moitié des locuteurs), ce qui rend nécessaire une coopération au niveau 
international. Etant donné la précision et la fixité de la grammaire française, 
l'écrit reste très stable entre les différents continents, tandis que de fortes 
différences, à la limite de l'intercompréhension, existent dans la langue parlée 
quotidiennement. 

Olivier
http://sambahsa-mundialect-org.blogspot.com